FORMATION PHOTO AU BURKINA FASO

Formation photo BFTémoignage de notre volontaire, Behnam Attar, qui a enseigné la photographie pendant près de deux mois au Burkina Faso (décembre 2014 à janvier 2015) aux membres de l’AZN :

« Donner des formations photo, pendant 45 jours, dans des fermes pilotes au Burkina Faso pour Mission Enfance, un défi que j’ai relevé avec plaisir.
Il s’agissait de rendre les responsables travaillant sur le terrain, capable d’être autonomes pour faire des comptes-rendus de leurs activités quotidiennes avec documents photographiques en annexes.
Je savais aussi que la plupart de mes élèves avaient peu ou pas tenu un appareil photo de leur vie.

Parmi mes élèves, un peu de timidité au départ pour certains ou de l’incertitude pour d’autres, mais rapidement la curiosité prend le dessus et l’écoute est attentive.

Je décide donc de privilégier essentiellement la pratique et leur apprend successivement à cadrer, à utiliser différents angles, à bouger, et à développer leur propre style, en leur faisant faire des portraits, des mises en situation et des mini reportages. Tous sont très motivés et passent bien vite à l’action.

Après chaque séance, on examine ensemble sur l’ordinateur le travail réalisé. Chacun y va de son commentaire et de sa critique. Les formations se passent dans la bonne humeur, la convivialité et le partage, ils sont représentatifs des « hommes intègres », emblème du Burkina Faso.
A la fin de chacune des formations à Goemà, Guié et Filly, soit une soixantaine de personnes au total, les élèves me remercient chaleureusement et me confirment avoir beaucoup appris. En leur ayant transmis la curiosité, l’envie du «  faire et du savoir faire » qui leur sera utile demain pour faire savoir leur travail, j‘espère pouvoir dire que j’ai réussi ma mission.

J’ai insisté pour qu’ils continuent à pratiquer la photographie afin de développer leur regard et poursuivre des reportages, entre autres, sur leurs traditions qui se perdent.

Quant à moi, j’ai découvert avec ravissement un pays que je ne connaissais pas et surtout des personnes chaleureuses, souriantes et attachantes.

Les adieux sont émouvants. La poussière rouge omniprésente dans ce pays et que je ramène dans mes bagages n’a d‘égale que ces beaux visages à la joie de vivre dont j’ai croisé la route et qui resteront à jamais dans mon coeur ».

Behnam ATTAR

Ce contenu a été publié dans News. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.